Posts Tagged ‘solaire’

DIY – Un séchoir solaire

Vendredi, octobre 26th, 2012

Je sais pas pourquoi, mais j’ai toujours été intéressé par la conservation des aliments. Après avoir testé le fumage, et le salage, je voulais me lancer dans le séchage des aliments. Il est bien sûr de trouver facilement dans le commerce des séchoirs électriques, mais je préférais de loin un modèle solaire. Après avoir cherché un peu le meilleur principe de fonctionnement, j’ai finalement trouvé un concept qui me plaisait bien : une rampe inclinée est chauffée par le soleil, menant sur le séchoir. L’air chaud monte, ce qui crée un courant d’air par convection. L’avantage, est double : ça ne cuit pas les aliments, et il suffit de très peu de soleil pour créer le courant d’air. (Bien sûr, ça fonctionnera tout de même mieux avec un vrai soleil…)
Ayant toujours accès à une découpeuse laser, je décide de l’utiliser pour mener à bien ce projet. Tout d’abord la conception des plans. Comme pour la fraiseuse, les plans seront réalisés avec Librecad, et un assemblage Solidworks sera fait pour économiser de la matière.

Vue en coupe du séchoir

Vue en coupe du séchoir

Les dimensions sont assez réduites, de manière à tenir assez facilement sur mon balcon. De toutes manières, ce n’est pas pour traiter des quantités industrielles.
Afin de protéger les aliments des insectes, toutes les ouvertures sont protégées avec de la moustiquaire. Celle-ci est collée à même le bois.

La protection des ouvertures

La protection des ouvertures

Une fois toutes les faces faites, on peut commencer l’assemblage. Alors attention, il y a un sens, (je recommande d’ailleurs un montage « à vide » pour voir que les différentes plaques sont dans le bon sens, et ne pas coller les moustiquaires aux mauvais endroits).

L'assemblage

L’assemblage

Une fois l’assemblage terminé, on a déjà une bonne idée du résultat final :

Le séchoir assemblé

Le séchoir assemblé

Il reste maintenant à noircir la rampe de chauffe. J’ai pas mal hésité sur la meilleur méthode, mais c’est finalement le prix et la difficulté à trouver de la peinture noire alimentaire qui m’auront décidé : une feuille de papier canson noir, pliée et collée sur le bois. J’ai ensuite passé deux couches de vernis alimentaire sur toutes les faces extérieures. Le séchoir n’est pas destiné à rester en extérieur en permanence, mais il n’est pas à l’abri d’un orage, donc autant le protéger un peu.

Le séchoir terminé

Le séchoir terminé

Pour les pieds, je suis partis sur du « light » : 4 vis à têtes rondes, de 120mm. Le résultat est plutôt sympa, et très stable au final.

Détail sur les pieds

Détail sur les pieds

Dernier point, et pas des moindres, où poser les aliments. J’avais prévu initialement trois étages, mais en réalité, le premier se montre inutilisable car trop bas (il arrive sous le flux d’air). Les 2 autres, en revanche, se composent de cadres en bois, venant reposer sur des petits « taquets » faisant la longueur du séchoir. Les cadres sont remplis de moustiquaire afin de ne pas gêner la circulation du flux d’air. Les cadres sont bien évidemment amovibles.

Détail sur un des cadres, installé

Détail sur un des cadres, installé.

Voilà, si ça vous a plu et que vous souhaitez vous lancer dans l’aventure, les plans sont en téléchargement ci-dessous, amusez vous bien, et n’hésitez pas à me faire vos retours ! (Faites enregistrer sous…)

 

Sechoir_V1.dxf

DIY – un Pc Ecolo

Mardi, septembre 4th, 2012

Une des idées que j’avais derrière la tête en construisant mon panneau solaire, était de pouvoir travailler en toute autonomie, uniquement à l’énergie solaire. Pour arriver à ce résultat, exit les solutions à base de pc classiques, il fallait obligatoirement que je regarde du côté des machines basses consommation. Aussi, lorsque sur linuxfr un utilisateur postait une annonce où il se séparait d’une carte Efika, j’ai sauté sur l’occasion, et me disant que ça serais une bonne occasion de tester ça. En effet, la « bête » consomme 9W en utilisation normale.

La première difficulté a été de trouver l’alimentation qui va bien : pas question de transformer mon 12v en 220v, pour ensuite le ramener à 12 ! Exit donc les alimentations ATX classique, il me fallait quelque chose qui puisse fonctionner à partir du 12v. J’ai fini par trouver ces petits trucs géniaux, appelés Pico PSU

Pico psu

Pico psu

Ce truc correspond parfaitement à ce dont j’ai besoin : il s’alimente en 12v, est largement suffisant pour ma carte mère, et permet d’alimenter un disque dur :)

Bon, ensuite, reste à mettre tout ça en boîtier, car la carte arrive nue, et trouver un boîtier au bon format n’est pas particulièrement facile. Etant dans l’idée d’un pc écolo, je me suis dit pourquoi ne pas le faire en bois. J’ai découvert cette année une technique de découpe laser qui permet de plier une planche de bois, en le rendant très souple et élastique. Je me suis donc servis de ce procédé pour réaliser une petite boite sur mesure, adaptée à ma carte mère.

La mise en boite

La mise en boite

Histoire d’être le plus compact possible, toutes les connectiques sont rassemblées sur une seule face, alimentation comprise, ce qui permet accessoirement de poser la machine verticalement.

La configuration au complet

La configuration au complet

Pour l’écran, je n’ai malheureusement pas encore trouvé de solution d’écran en 12v (en fait, si, je viens d’en trouver sur ebay US, mais disons que pour le moment, je n’en ai pas sous la main). Le tout est bien sûr installé sous linux, la machine n’étant pas une bête de course, mais suffit largement pour de la bureautique / internet.

Niveau autonomie sur batterie, je n’ai pas encore le recul suffisant pour le dire, d’autant que pour mes tests d’aujourd’hui, l’écran était branché sur le secteur, mais dans cette configuration j’ai pu tenir 2h sans problème, avec une batterie 10Ah, et le panneau qui chargeais en //.

DIY – Chargeur solaire pour batteries au plomb

Dimanche, août 28th, 2011

Vous vous en doutiez, je n’allais pas me contenter de juste mon panneau solaire, pour pouvoir en tirer tout son potentiel, j’allais devoir charger une (des) batterie. Après m’être documenté sur la charge des différents modèles de batterie, il s’avère que les plus simple dans le cas d’un panneau solaire sont les batteries au plomb. Il faut leur appliquer une tension constante pendant la charge (ce qui est le cas avec le panneau solaire), le courant peu lui varier. Les seules choses à faire attention sont la fin de charge (ne pas surcharger la batterie), et le début de la charge (ne pas la laisser se vider trop)

Au cours de mes recherches, je suis tombé sur un ingénieux montage, à base de NE555, qui fait exactement ça : controller le début et la fin de la charge. Le montage d’aujourd’hui n’est donc pas de moi, je me suis « contenté » de faire le PCB, et les tests qui vont avec :)

Schema chargeur solaire

Schema chargeur solaire

Le NE555 n’est absolument pas utilisé ici de manière « conventionnelle », mais en tant que comparateur de tension (voir le schéma interne de la datasheet), les seuils haut et bas sont réglés via les 2 trimmers R1 et R2. Lorsque le seuil bas est atteind, le mosfet est rendu passant, ce qui « ferme » le relai, et autorise donc la charge.

Placement des composants chargeur solaire

Placement des composants

Pour régler le montage, il faut (à l’aide d’une alimentation réglable par exemple) alimenter le montage via la connection batterie (+) et la masse tout d’abord avec 11,9v. Il faut régler le potentiomètre R1 jusqu’à mesurer 1,667v  entre le point marqué TP1 sur le PCB (JP1 sur le schéma) et la masse. Il faut ensuite alimenter en 14,9v, et jouer avec le potentiomètre R2 jusqu’à mesurer 3,333v entre le point TP2 et la masse (JP2 sur le schéma)
Les valeurs 11,9 et 14,9v sont des valeurs « génériques » qui passent bien pour les batteries type onduleur. Si vous connaissez les spécifications de votre batterie, n’hésitez pas à adapter.

Typon chargeur solaire

Connection du chargeur à l'installation solaire

Connection du chargeur à l'installation solaire

Lorsque la tension de la batterie passe sous les 11,9v, la charge s’active. Lorsqu’elle dépasse les 14,9v, elle s’arrête. Entre les 2, les 2 boutons poussoir vous permettent de passer d’un état à l’autre.

Bon, et comme je vous avais promis une petite nouveauté pour la rentré, la voici : Les personnes intéréssées par ce montage peuvent l’acheter sous forme de kit à assembler :)

J’ai même travaillé le packaging ;) (oui, je sais, y’a encore du boulot côté design….)
Pour les intéréssés donc, le kit coûte 33€, auquels il faut ajouter 4€ de frais de port. (une version moins chère mais sans le relais est également disponible sur demande)

Le kit chargeur solaire

Le kit chargeur solaire, 33€ttc





DIY – Faire son panneau solaire maison

Jeudi, juillet 14th, 2011

Après vous avoir présenté il y a quelques temps déjà mes premiers pas avec des cellules solaires photovoltaiques, il était grand temps de passer aux choses sérieuses !Aujourd’hui, je vous présente la réalisation de mon panneau solaire 36 cellules, soit environ 60W.

Panneau photovoltaique maison

Panneau photovoltaique maison

(suite…)

Faire son panneau solaire, premiers pas et premiers essais

Dimanche, mars 13th, 2011

Ca fais un bon bout de temps que je m’intéresse à l’énergie solaire, tout en étant rebuté par les prix pratiqués… alors il y a quelques temps, j’ai craqué en voyant une offre sur internet, 36 cellules solaires à monter soi-même, pour un prix plus que raisonnable.
Et pour une fois, bonne surprise, je n’avais pas 36 cellules dans le paquet, mais 40 ! voilà qui va me permettre quelques expérimentations :)

cellule solaireMa première manipulation d’une cellule m’a ammené à découvrir à quel point elles étaient fragiles ;) (Je vous rassure, elles arrivent entières…)

Les cellules font 3″x6″ (soit en gros 7,5cm x 15cm), et délivrent 0,5V et 3,5A au maximum. La surface correspond au pôle (-), l’arrière de la plaque au pôle (+).  Le voltage est très bien pour monter un « gros » panneau (36 cellules en séries), mais si vous avez l’intention d’utiliser une seule plaque pour alimenter un petit montage, ça ne fonctionnera pas. Ma petite maladresse m’aura au moins permis de vérifier qu’une cellule cassée produisait toujours le même voltage, seule l’intensité était affectée.

Mon premier essai sera donc de découper « proprement » ma cellule cassée en plusieurs petits morceaux, et les réassembler de manière à avoir une tension plus adaptée (3-5v)

(suite…)