Posts Tagged ‘reflexions’

DIY – Bureau d’électronique sur mesure

Lundi, février 25th, 2013

Dans les premiers articles que j’écrivais sur ce blog, je vous présentais un labo mobile d’électronique, qui me permettait de tout concentrer dans une petite boite transportable, et surtout de tout replier après usage. Le temps passant, mon activité autour de l’électronique s’est faite de plus en plus marquée, et, logiquement, la place occupée a augmentée de manière exponentielle…. A tel point que le petit labo mobile n’était plus qu’une étagère d’un énorme fatras entassé plus ou moins comme je pouvais (comme me le faisait remarquer un ami, on le voyais même plus sous les fils !). Bref, le waf venait d’en prendre un sérieux coups !
J’ai donc commencé à regarder ce que je pouvais mettre en place comme solution de remplacement et rapidement j’ai constaté que les solutions du commerce ne me convenais pas : la surface au sol que je pouvais me permettre d’occuper était trop limitée pour pouvoir envisager des bureaux de type industriels, et seuls quelques meubles informatiques qui rentraient étaient des meubles d’angle assez mal foutus. Histoire de corser le tout, je ne désespère pas de déménager sous relativement court terme, il fallait donc que ce bureau soit facilement démontable (exit donc ikea et compagnie, il faut qu’il puisse se remonter ensuite !) et surtout qu’il soit modulable, de manière à l’adapter à un nouvel environnement où j’aurais logiquement plus d’espace.

J’étais tombé sur cet article il y a quelques temps, qui m’avais beaucoup inspiré, et j’avais envie de mettre ce concept en pratique, c’était là l’occasion revée.

Le matériel de base

Le matériel de base

Je suis donc partis sur l’idée de construire ce bureau en profilé aluminium. Ce type de montage combine plusieurs avantages : coût assez raisonnable (pour le profilé en tous cas), solidité de la structure, les rainures dans le profilé alu me donnent plein d’idées, démontable et remontable sans soucis, et modulable à l’infini.
Coté équipement, pas besoin d’énormément d’outillage : des profilés alu de 20mm (comme ceux utilisé sur les reprap Prism), des équerres, des écrous, les vis qui vont bien, et une clé BTR. Au passage, comme on peut le voir ci-dessus, j’ai utilisé des écrous un peu spéciaux : ils sont équipés d’une petite bille poussée par un ressort. L’avantage, c’est qu’on peu enquiller l’écrou dans un profilé mis à la verticale, il ne bougera pas, mais on peut le faire glisser simplement pour l’emmener là où l’on veux. Son inconvénient, pas contre, c’est son prix : les écrous à eux seuls représentent quasiment la moitié du coût du bureau :( Bref, si vous voulez une solutions low-cost, vous savez où économiser (mais si vous aimez pas vous prendre la tête, n’hésitez pas, ils sont pour vous)

Vue d'ensemble du bureau

Vue d’ensemble du bureau

Quelques heures de montage plus tard, le bureau est fonctionnel. Le plateau a été usiné à la fraiseuse CNC, avec des emplacements pour les montants, et des trous fraisés pour les vis de fixation, de manière a ne pas avoir de tête de vis qui dépassent (Merci à l’équipe de Ginova pour le coups de main :) )

Après cette présentation rapide, passons directement aux petits bonus !

Support aimanté pour tournevis

Support aimanté pour tournevis

Sur mon labo mobile, un des trucs que je trouvais vraiment pratique, c’était les aimants pour fixer mes tournevis. Je tenais absolument à retrouver ça sur ce bureau, j’ai donc créé une petite pièce en PLA dans laquelle vient se sertir un aimant. La pièce viens s’emmancher dans la rainure du profilé, et peut donc coulisser sur toute la longueur, de manière à ne pas gêner en étant au mauvais endroit au mauvais moment.

Boite de rangement

Boite de rangement

Deuxième bonus : des boîtes de rangement qui s’enfichent dans les profilés. Je peut les positionner où je veux sur la structure, et les faire glisser au besoin. Ca me permet de faire des rangements par type d’activité (CMS, général, etc…) et de ne placer devant moi que celle(s) qui est utile. Ca, je me suis vite rendu compte que ça allais me changer la vie :)
Accessoirement, ça me permet aussi, lors d’un démontage, d’y placer toutes les petites vis et de les retrouver ensuite…

La tablette et les boites de rangement

La tablette et les boites de rangement

Sur la photo du dessus, on peut voir les boites positionnées en mode « rangé », quand je les utilises, elles sont placées face à moi.
Le dernier bonus, c’est la tablette, qui me permet d’afficher les datasheets des composants où les schémas sans avoir besoin de trouver un moyen de caler mon portable à coté du bureau (il prend vraiment trop de place sur le bureau). J’ai prévu de lui réaliser un bras pliant, mais ça sera pour dans un second temps.

Les fichiers STL de mes boites et supports d’aimants :
tarBoite_composants_1.3.STL

 

tarSupport_aimant.STL

 

 

Voyage au bout du monde, le retour de la vengeance….

Jeudi, août 16th, 2012

Dans l’épisode précédent, je vous racontais mon voyage en république centrafricaine.
Il s’avère qu’en cette période estivale (en france), j’ai dû y retourner. Je n’en suis pour le moment qu’au début de ce voyage, mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il commence bien…
En effet, suite à un soucis technique avec le système de chargement des bagages, et pour éviter de devoir payer trop de pénalités de retard, ma charmante compagnie aérienne a pris la décision de partir quand même…. sans les bagages manquant !
Vous allez me dire, ça arrive souvent, ce n’est pas bien méchant. Sauf que là, ben quand même un peu, car ça soulève tout un tas de problèmatiques, assez casse-têtes à résoudre.
- Le premier soucis qui me viens à l’esprit : les médicaments. En, effet, grâce à nos supers plans vigipirates (d’une efficacité, je vous fait pas dire), interdiction d’emmener en cabine des médicaments autre que ceux qui seront nécessaire pendant le vol. La malarone (antipaludéen) ne rentre pas dans cette catégorie, et était donc gentillement dans mon bagage en soute. Problème, en ce moment, c’est la saison des pluies en RCA, et le palu y est à son maximum. (Evidemment, pour l’anti moustique, même problème). Heureusement, je devais croiser sur place un collègue qui repartais juste après mon arrivée, et qui a pu me dépanner.

- Vient ensuite les problèmes de moindre nécéssité, mais quand même. Bien sûr, mes habits étaient tous dans ce sac. La où c’est sympa, c’est quand pas une personne sur place n’est capable de donner la procédure pour ce genre de cas (du genre montant remboursé pour parer aux nécéssités, etc…). Il m’aura fallu appeller en france pour le savoir. Accessoirement, je ne sais toujours pas si mon sac arrivera un jour ou pas, mais à ce stade, je préfèrerais même qu’il n’arrive pas ^^

- Connaissant maintenant le budget énormissime alloué (100€),  je peu donc commencer a refaire ma garde robe. Mais là encore, on se rend vite compte qu’on est trèèèès loin de chez soi. Déjà, il faut savoir une chose. Ici, il n’y a pas de distributeur d’argent. Aucun. Il faut donc prévoir, au moment du départ, la somme exacte de ce qu’on va consommer sur place, n prenant une petite marge pour les coups durs, mais pas trop non plus pour les risques de vols. Donc, déjà, ben les 100€ en question, je vais devoir les rogner sur mon budget bouffe :/

Ensuite, et là, ça deviens vraiment rigolo, faut trouver des vêtements ! En effet, les vêtements neufs, ben c’est du luxe, donc difficile à trouver. Après un certain nombre de magasins, j’ai réussi à trouver 1 tshirt, 1 slip et 3 paires de chaussettes neuves…. Et c’est tout (j’y ai pourtant passé l’après midi). Pour le reste, j’ai du me rabattre sur des vêtements d’occasion, ce qui me gène pas forcément plus que ça, sauf que pour les slips, j’aurais quand même préféré du neuf…

Bref, après avoir passé une vie entière à des endroits où la consommation n’est jamais un problème, ça faire bizare de devoir galérer pour trouver à seulement s’habiller, et ça fait relativiser pas mal de choses quand même….

Sur ce, j’espère que la suite du séjour se passera un peu mieux, sinon la semaine va être loooongue.

Voyage en République Centrafricaine

Dimanche, janvier 22nd, 2012

Voilà, comme je vous le disais la semaine dernière, j’étais en déplacement en république centrafricaine (pour le travail, hein, pas les vacances ;)). Comme il s’agit d’une destination assez peu courante, j’en profite pour vous faire un petit retour.

Premiers contacts
Plus exactement, le premier contact avec le sol n’avais pas encore eu lieu que le pilote nous annonce qu’il est strictement interdit par le gouvernement local de prendre des photos depuis l’avion. Tout de suite, ça met dans l’ambiance. J’avais d’ailleurs été prévenu, les autorités locales sont très regardantes sur beaucoup de choses. Une fois l’atterrissage fait, on se retrouve tout de suite plongé dans l’ambiance… Déjà, changement de température : je suis partis de Paris le matin où il faisait 2°, pour arriver à Bangui où il fait 35°. Ensuite, l’aéroport en lui même…. aie aie aie… sacré décalage ! Imaginez une sorte de grand gymnase des années 60, jamais repeint. Bon, ça c’est pour l’aspect esthétique, vient ensuite l’aspect fonctionnel…  Il faut donc passer un premier bureau où une personne vérifie les vaccinations, ensuite un bureau où la personne vérifie votre passeport et tamponne votre carte de débarquement. A ce moment là, je pensais en avoir fini avec les formalités, et me dirigeais vers le militaire vérifiant les sorties qui donnaient accès aux bagages. Erreur, il fallait que je repasse à un autre bureau qui récupérais la fameuse fiche de débarquement précédemment tamponnée, et ne me rend… rien. Au final, c’est les mains vides que je repasse devant le fonctionnaire qui me laisse alors passer. Moralité, j’aurais pu zapper tous les contrôles et me présenter comme une fleure devant la sortie, mais bon ^^ . Je précise également que les différents bureaux sont éparpillés un peu partout sans ordre logique, et qu’il n’y a pas de file d’attente, c’est donc un peu la foire d’empoigne. Une fois les formalités passées, arrive ensuite la récupération des baguages… Un tout petit tourniquet présente les bagages au fur et à mesure de leur déchargement (très lent), et de la place laissée par l’enlèvement des bagages par leur propriétaires respectifs. Autant dire que c’est (très) long. Il m’aura fallu 3h pour récupérer mon petit sac…
Une fois ces premières péripéties passées, en route pour l’hôtel, où mon taxi se fait arrêter en route par une brigade de militaires, kalachnikov en bandoulière. Après une fouille du véhicule et vérification des papiers, ils nous laissent repartir, et je peu enfin goûter au plaisir d’un bon lit. Il s’avérera par la suite que ces contrôles sont extrêmement fréquents,  sur un même trajet de moins de 3km, il m’est arrivé d’être contrôlé 3 fois.

Ces premiers contacts m’avaient laissé une impression mitigée, et me faisaient craindre le pire quand à la suite du séjour. Heureusement, au petit matin, une bonne surprise :

La vue depuis ma chambre d'hotel

La vue depuis ma chambre d'hotel

(suite…)

Mon avis sur l’affaire megaupload

Vendredi, janvier 20th, 2012

Bonjour à tous,
et oui, je suis bien rentré, tout juste hier soir, mais face à cette « énormité », je ne pouvais pas rester sans rien dire… Du coups, pour les photos du voyage, faudra que vous attendiez un autre post ;)

J’ai été profondément choqué d’apprendre la fermeture de ce service, surtout dans de telles conditions. J’ai été encore plus atterré pas les divers commentaires vu à droite à gauche, alors je vais essayer de reprendre une partie des arguments des « pros-fermeture » ici, en expliquant pourquoi à mon sens, et en dépit de tout ce qu’on peut lui reprocher, cette fermeture est une très mauvaise chose.

- C’est un site illégal, il est donc normal qu’il soit fermé
Celui là, je crois que c’est celui que j’ai vu le plus passer…. Effectivement, qu’un gouvernement ferme un site illégal ne me chose pas. Sauf que, jusqu’à preuve du contraire, Megaupload n’est pas un site illégal. Je m’explique : Megaupload fournit un service d’hébergement de fichiers. un point c’est tout ! Il ne référence pas lesdits fichiers (impossible de trouver un fichier pirate en passant uniquement par megaupload), et même supprime les contenus annoncés comme illicites, se pliant ainsi à la loi en vigueur.

-Oui, ok, mais il est utilisé uniquement pour faire des choses illégales
Encore une fois, là n’est pas le problème ! Quand bien même ce serait vrai (ce qui n’est heureusement pas le cas non plus), Megaupload ne fait que fournir un service d’hébergement de fichier, ce sont les utilisateurs qui utilisent l’outil à des fins illégales. Si on applique la même logique, il faudrait également fermer les FAI (ben oui, après tout, les accès sont utilisés pour du téléchargement illégal), les moteurs de recherche, etc….

-C’est bien fait, les pirates n’ont qu’à acheter leurs fichiers au lieu de les télécharger (et au passage la réponse à cette remarque qui dit tout le temps que les prix sont trop élevés, etc….)
Je vais faire original comme réponse : ce n’est toujours pas le problème !!! On s’en fout de savoir si les prix sont trop élevés, qu’il y a trop de téléchargement, pas assez de ceci ou trop de celà ! Le problème ici, c’est qu’un site LEGAL (j’insiste, si si), a été fermé, probablement sur simple lobying (en tous cas, sans jugement préalable).

-Oui, mais un site qui fait clairement des choses illégales, on ne peut pas attendre un jugement long pour le fermer
Ben, déjà, et pourquoi pas ? Ok ok, je me plie à l’argumentMais bizarrement,dans ce cas précis, y’a quand même des choses qui me titillent… Bizarrement, cette fermeture interviens quelque semaines seulement après la fameuse « Megaupload song » qui avais fait grincer pas mal de dents chez les majors (notamment Universal qui avais tenté de faire censurer cette vidéo alors qu’elle était parfaitement légale), ainsi que l’annonce il y a peu par megaupload de lancer une offre légale qui lui aurais donnée une certaine longueur d’avance face aux dits majors. Sans être un grand partisan de la théorie du complot, je trouve l’enchaînement trop parfait pour être simplement dû au hasard. Et encore une fois, il n’y a rien de « clairement » illégal dans l’offre de megaupload. 

-De toutes façons, megauload est un repère de mafiozos, il sert à blanchir l’argent de la mafia.
J’en sais rien, peut être, peut être pas. En tous cas aucune preuve n’a été avancée, et pour le moment ça ressemble plus à une excuse justifiant cette fermeture qu’autre chose. Ca me rappelle une vague histoire d’armes de destructions massive dans un pays du moyen-orient, il y a quelques années de ça. A l’époque, il était clair qu’il s’agissait de gros méchants, qu’il était urgent de mettre hors d’état de nuire. Pour le moment, ce n’est que du FUD

Pour conclure, il s’agit pour moi d’une procédure vide de sens, visant uniquement à déstabiliser le géant et laisser une brèche pour que les majors puissent éventuellement revenir dans la course. Megaupload ne s’en remettra vraisemblablement, et ma conclusion est qu’une entreprise aura été tuée par volonté politique et copinage. Et à notre cher président qui se réjouit de cette affaire, je ne dirais qu’une chose : prend toi une belle claque aux élections, ça me ferait plaisir (malheureusement peu probable vu la concurrence en face, mais bon, je peu toujours rêver…)

Fabrication de circuit imprimé (PCB)

Lundi, juillet 18th, 2011

Et oui, ça fait partis des nouveautés : j’ai démarré une activité de fabrication de circuit imprimé ! :)
Bon, c’est pas tout a fait une vraie activité dans le sens où elle est loin de m’occuper à temps plein aujourd’hui, mais voilà, disons qu’il faut bien débuter… d’autant que d’autres surprises viendront….

Pour faire simple, si vous cherchez quelqu’un pour vous sortir quelques prototypes de PCB, je vous ai réalisé une page vous permettant de calculer les coûts et de passer commande. Il n’y a pas de minimum de commande, (ni de maximum, mais bon, pour de grosses séries, autant le dire tout de suite, ça sera moins cher en chine ;) (mais je serais plus réactif pour les délais serrés))

En espérant que ça vous plaira : Fabrication PCB