DIY – Broyeuse à plastique, proto 1

Oui, je sais, en ce moment, je ne poste pas beaucoup. Pas que je ne fasse rien, bien au contraire, mais les projets en cours sont un peu plus long à finaliser, donc nécessairement le rythme de publication s’en ressent.
Il y a quelques temps, je me suis monté une imprimante 3D, que j’utilise beaucoup pour du prototypage. Mais qui dit prototype, dit aussi ratés, et ça m’embêtait « un poil » de penser à tout ce plastique jeté après usage. J’ai donc commencé à réfléchir sur une solution de recyclage. Certes, il y a déjà beaucoup de choses sur le net à ce sujet, mais je n’ai pas trouvé beaucoup de choses concluantes en open-source, ou alors des kits à acheter, mais sans réussir à trouver les plans.
Pour recycler le plastique, il faut deux étapes : un broyeur, permettant de réduire la taille des morceaux de plastique, et un extrudeur, qui transformera ces petits morceaux en un nouveau filament.
La première étape étant de broyer les déchets, c’est donc sur cette partie que je me suis penché en premier. L’avantage, c’est que ça permet au passage de réduire le volume des déchets, pour le stockage « en attendant ».
Broyeuse à plastique

L’idée de cette broyeuse est d’avoir deux séries de dents tournant en sens inverse, et venant mordre le plastique. Petit à petit, elle va « grignoter » le plastique en copeaux plus ou moins fins.

Dent de la broyeuse

Les dents viennent s’emmancher sur un arbre hexagonal, de manière à ne pas glisser même avec des efforts très importants dessus. L’arbre est ensuite passé au tour, pour le réduire au diamètre de 8mm (rond maintenant), et sera inséré dans des roulements à billes de chaque côté.

Deux pignons ont été dessinés, de manière à ce que le premier arbre entraîne la rotation du second, sans facteur de réduction. Les deux arbres tournent donc à la même vitesse, et en sens inverse. Pour le moment, j’utilise une perceuse pour l’entraînement, mais à terme la broyeuse aura son moteur autonome.

Les dents on été réalisées en plexiglass. L’idée était de valider que tout s’emboîtait bien avant de passer à une version métal (il y en a quand même pour une grosse soixantaine d’euros de découpe pour le métal), d’autant que j’avais une découpeuse laser sous la main, et des chutes de plexi (d’où l’aspect sur certaines pièces).
La bonne surprise, c’est que le plexi semble assez résistant pour broyer du PLA (pas trop épais). Pour combien de temp ? Aucune idée, mais en attendant, ça me permet de valider bien des choses.

J’ai maintenant quelques petits points à finir/revoir sur le châssis, en particulier la fixation du moteur, et je pourrais passer à un second prototype, qui sera vraisemblablement fonctionnel. Ensuite, je pourrais passer à la partie extrudeur :)

DIY – Une pédale pour les controller tous

Bon, derrière ce jeux de mot foireux (désolé, vendredi, semaine difficile…), se cache une réalisation simple, courante en apparence, mais mine de rien un poil compliqué à trouver quand on en a besoin : une pédale ! Si, si, vous savez, le truc que les guitaristes utilisent, ou que vous trouvez avec les machines à coudre.
Bah mine de rien, c’est la croix et la bannière pour en trouver, surtout lorsqu’on ne veut QUE la pédale…

Bref, j’en avais besoin d’une pour pouvoir contrôler la vitesse de rotation du moteur d’une bobineuse, tout en me laissant les 2 mains de libres pour bobiner. A défaut d’en trouver, j’ai finit pas en réaliser une petite maison, et moche ;), mais fonctionnelle.

Le modèle heekscad

Le modèle heekscad

Elle a été dessinée sous heekscad, sans vraiment savoir où j’allais (j’avais pas d’axe, pas de ressort, juste l’idée de la pédale), d’où un certain manque de recherche esthétique m’ont fait remarquer certains 😉

La pédale assemblée

La pédale assemblée

Finalement, en faisant les fonds de tiroirs, je suis tombé sur tu tube plastique qui avais 2 avantages : être pile poil au diamètre de l’axe, et avoir un diamètre interne qui corresponde exactement à l’axe d’un potentiomètre. J’ai repercé/alésé un trou sur la base de la pédale, de manière à y fixer un ressort dans qu’il passe son temps à se barrer, le potentiomètre est soudé sur une plaque d’essai pour ne pas bouger lorsque l’axe tourne.
La plaque d’essai est collée à la glue, et j’ai ajouté des patins anti-dérapants pour que la pédale ne glisse pas, à cause notamment de la platine d’essai.

Une fois essayé sur un arduino, tout fonctionne bien, même si je suis bien sûr loin d’une rotation complète, j’ai un delta de valeurs analogique de 100, ce qui est loin du maximum de l’arduino (1024), mais est largement suffisent pour déterminer les différents régimes de rotation du moteur. (Et accessoirement, aucun calcul requis pour avoir une vitesse en pourcentage :) )

Pedale_base.stl

 

Pedale_dessus.stl