DIY – Lifter ou ionocraft

Ca fait partis de ces trucs que vous voyez traîner sur youtube, en général agrémenté d’histoires de soucoupes volantes et autres joyeusetés.
Promis, je vous épargnerais ça, je voulais juste voir ce « truc » marcher de mes propres yeux.
Bon, désolé, mais au final j’ai pas vraiment de photos de la construction à proprement parler, c’est pourtant pas faute de l’avoir reconstruit 4 fois avant de le faire voler pour de bon.
Ceci dit, c’est vraiment bien documenté sur le net, je vous met le lien vers le site de JL Naudin, qui explique bien comment construire le modèle que j’ai réalisé.

Pour compléter les explications et schémas donnés en exemple, j’ai utilisé du fil d’aluminium non émaillé (un fil multibrin dénudé) pour réaliser l’électrode fine. J’ai également soudé un morceau de ce fil au papier d’aluminium, pour le relier au second pôle.
Notez que je parle de pôle, mais pas d’anode et de cathode. En effet, je me suis rendu compte que le sens de branchement n’influait pas sur le résultat obtenu.

Lifter en fonctionnement

Lifter en fonctionnement

Bon, ne me demandez pas comment ça marche, à priori les avis divergent pas mal. Vous trouverez déjà pas mal d’infos sur wikipedia. Certains pensent à un simple effet « vent ionique », d’autres à des choses plus mystérieuses. Suite à ma dernière expérience que je vous présenterais bientôt, je pencherais plus pour le simple vent ionique, mais si quelqu’un a une cloche a vide assez grande, je suis preneur pour expérimenter ça dans un vide poussé :)

Plus sérieusement, cette expérience parait simple, mais elle m’aura donné pas mal de fil à retordre, et il m’aura fallu pas moins de 4 lifters avant d’en faire décoller un. Voici donc quelques pistes qui pourront sans doute vous faire gagner un peu de temps ;) :
- La poussée est faible, très faible. Il faut donc que l’engin soit le plus léger possible. les premières versions que j’avais construites utilisaient du balsa de 3mm au lieu de 1.5, ça suffit à faire une différence.
- Il faut bien ajuster la hauteur du fil en tenant compte de la tension que vous allez utiliser. Je n’ai jamais réussi à faire voler le mien aux tensions indiquées, mais seulement aux alentours de 40~50Kv, j’ai donc dû éloigner l’électrode d’un bon centimètre pour que ça n’arc pas.
- Éliminez bien toutes les pointes d’alu dans les angles, sinon arc garanti. D’ailleurs, si ça a arqué et noirci un peu le balsa, grattez ou construisez en un autre : la couche de carbone déposée est conductrice, ça ne va qu’empirer. (Mes deux premiers lifters sont partis en fumée à cause de ça)
- Enfin, le truc qui m’aura fait perdre le plus de temps : le résultat dépend énormément du matériau sur lequel vous allez le poser. En effet, ma dernière version qui volait très bien chez moi refusait catégoriquement de décoller lors d’une démo sur une table en mélaminé. Après avoir cherché toutes les causes, j’ai fini par souffler dessus et il a décollé comme par magie, il restait sckotché à la table à cause de l’électricité statique. J’ai essayé sur une planche de contreplaqué, c’est mieux mais encore moyen (tous les côtés ne se soulèvent pas), sur une plaque d’alu idem, sauf qu’en plus ça arc avec la plaque d’alu. Il faudrait essayer sur différents plastiques. Finalement, c’est sur ma table (pin vernis) que j’aurais eu les plus beaux résultats, sans aucune aide à fournir.

Allez, pour finir, une petite vidéo de l’engin en action :

Mots-clés : , , ,

Posted 8 octobre 2012 by nerick in category General

7 thoughts on “DIY – Lifter ou ionocraft

  1. Francis Felix

    Moi non plus :) sauf qu’entre la salle R, et la strato, la ou tu sais, je pose rarement mon casque sur les etablis :), ni mes gants de batman – (Maintenant tu sais qui je suis :) ) – Faudrait braquer la cloche sous vide de la cuve a resine :) LOL.

  2. nerick (Post author)

    J’avais un doute, mais ton site m’as mis sur la voie ;)
    Pour la cloche à vide, j’y ai pensé, mais le vide est pas assez poussé malheureusement…

  3. Thierry G.

    Je pense aussi pour ma part qu’il y a une propulsion par « vent ionique », mais il doit certainement y avoir un second phénomène qui se superpose :

    En effet, la théorie du vent ionique veut que en arrachant des électrons au gaz environnant, la particule (chargée alors positivement) soit repoussée par l’électrode positive et attirée par l’électrode négative. En bref, le vent ionique circule nécessairement de l’électrode positive vers l’électrode négative.

    Alors comment expliquer qu’en inversant la polarité, le phénomène se produise tout de même ??

    Secundo plusieurs personnes ont réalisé des calculs et mesures expérimentales prouvant que le vent ionique est trop faible pour justifier de l’envol de l’objet. La force exercée est tout simplement insuffisante mathématiquement et pourtant il vole !

    CONCLUSION : ceux qui optent pour le vent ionique ont raison, mais à moitié seulement …

  4. nerick (Post author)

    Effectivement, bien que l’ayant remarqué, j’avais jamais intégré le fait « qu’on pouvais inverser la polarité » à la notion de « ça viens du vent ionique ».
    (pfiou, en me relisant ma phrase est loin d’être claire ;) )
    Par contre, le vent ionique me semble quand même assez puissant à lui seul : il génère quand même un sacré courant d’air, suffisant pour faire s’envoler les feuilles qu’on aurais laissé traîner dans le coin…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>