DIY – du savon fait maison…

… ou comment avoir tout ce qu’il faut dans ses placards, et mettre plus de 2 ans à se motiver ;)
Bref, vous l’aurez compris, l’idée de date pas d’hier, mais la motivation manquait un peu pour aller au bout. En cause, notamment, la peur de devoir tout nettoyer ensuite, et surtout de ne pas savoir quoi faire d’un truc « vaguement » corrosif (la soude).

En fait, maintenant que c’est fait, je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt, car en plus d’être facile à faire, c’est relativement amusant, et je pense que je vais renouveler l’expérience de manière plus « productive ».

Voilà la liste basique de ce dont vous aurez besoin pour faire un savon maison:

Les ingrédients pour la fabrication du savon

La liste des courses

1- Une balance précise. La précision dépend de la quantité que vous prévoyez de faire, mais on dira qu’une balance au gramme est nécessaire. (ici, j’ai une balance à 0,1g, car je travaille sur de très faibles quantités).
2- Des moules pour le savon. J’ai utilisé des verrines en plastique, et c’était pas vraiment top pour démouler. Un moule en silicone serais l’idéal, mais n’utilisez pas les même moules que pour vos gâteaux, à moins de ne plus les réutiliser ensuite.
3- De la soude caustique (NaOH). Attention, en droguerie, vous trouverez également de la « lessive de soude », ce n’est pas du tout la même chose. Pour info, vous ne trouverez la soude qu’en granulé ou écaille. Si c’est des cristaux (comme le sucre), c’est que ce n’est pas le bon produit.
4- Un récipient pour faire le mélange. En verre, vous n’aurez pas à vous poser la question de savoir s’il résistera à la soude ou non ;)
5,6- Un corps gras. Alors là, libre cours à votre imagination. Je suis partis sur le traditionnel savon de marseille, à base d’huile d’olive, mais rien ne vous empêche d’ajouter les huiles ou beurres de votre choix (beurre de karité, huile de palme, saindoux…)
7- Des huiles essentielles, pas obligatoire, mais c’est sympa pour parfumer le tout, sinon votre savon aura grosso-modo l’odeur du corps gras (donc dans mon cas, au naturel, il sent l’huile d’olive, ce qui est bien, mais pas top)

Un dernier élément qui n’apparaît pas ici, de l’eau.
Reste ensuite à doser tout ça. Il faut partir de votre masse de corps gras, afin de déterminer la quantité d’eau et de soude. Pour les calculs, j’ai utilisé le calculateur disponible ici, mais il en existe des tas sur le net. Vous en déduirez donc la quantité d’eau et de soude nécessaire.

Le dosage de la soude

Le dosage de la soude

Maintenant, il faut mélanger tout ça. Alors bon, je vous fait quand même les recommandations de rigueur, hein, histoire que tout se passe bien pour vous :
– éloignez les animaux et les enfants. La soude, c’est très caustique.
– on met toujours la soude dans l’eau, et pas l’inverse. Et on ne verse pas toute la soude d’un coups ! La réaction est très exothermique, donc, quand vous allez verser la soude, le récipiant va devenir bouillant, donc ne le tenez pas à la main et posez le. Et ouvrez les fenêtres, c’est pas super bon à respirer.
Voilà, maintenant que c’est dit, on enchaîne :
il faut donc verser la soude dans l’eau, puis le mélange obtenu dans l’huile. Ensuite, bah il faut simplement remuer….
… mais il va falloir remuer un moment, je vous préviens ;)
Petit à petit, vous allez voir la consistance s’épaissir, jusqu’à un moment appelé la « trace ». En gros, c’est quand le filet qui coule de votre cuillère laisse une marque à la surface (un peu comme avec de la crème épaisse.) C’est normalement à ce moment là que vous ajoutez les huiles essentielles.

Dans mon cas, vu les doses choisies, je n’ai jamais eu la trace (sous entendu, jamais en un temps raisonnable). J’ai donc cherché si je pouvais mettre les huiles essentielles avant, et il s’avère que pas mal de gens les mettent dès le début. Je les ai donc ajoutées au bout d’une heure de brassage, et ai laissé le tout reposer toute la nuit, après avoir versé la mixture dans mes verrines.

Le savon dans son moule

Le savon dans son moule

La réaction, elle, continue son petit bonhomme de chemin toute seule, et le matin, mon savon était suffisamment formé pour être démoulé.

mon premier savon

mon premier savon

Voilà, comme vous le constatez, le démoulage à un peu abîmé les formes, le moule silicone est plus que conseillé.
Maintenant, vous avez un beau savon, mais il n’est pas tout de suite utilisable. La réaction n’est pas encore complete, et il reste encore de la soude dans le savon. Il faut donc le laisser reposer quelques semaines avant de pouvoir l’utiliser (il est recommandé de le laisser 4 semaines à sécher, mais vous pouvez diminuer ce temps si vous avez du papier PH, en mesurant de temps en temps).
Un dernier petit avertissement pour la route, concernant les dosages. Vous pouvez mettre un peu trop d’eau, ou un peu trop d’huile, vous obtiendrez un savon trop mou (comme moi), ou trop gras, mais si vous mettez trop de soude, votre savon sera très dur et probablement encore un peu corrosif, donc à éviter.

Mots-clés : ,

Posted 17 septembre 2012 by nerick in category General

8 thoughts on “DIY – du savon fait maison…

  1. ALBERT

    Un conseil, mettez des lunettes de protection. La soude est peut être « moins » dangereux pour les mains que certain acide mais c’est une vraie catastrophe pour les yeux, surtout au niveau des concentrations mises en jeux au sein de cette réaction.

  2. nerick (Post author)

    Effectivement, j’ai oublié cet avertissement important dans l’article. Merci de le rappeler. Tant qu’on y est, une paire de gants peut ne pas être superflue, c’est à vous de voir ;)
    (vous allez pas vous « dissoudre » immédiatement, mais ça attaque quand même bien la peau, et c’est assez pénible à rincer.

  3. némo

    Salut! quel est le PH de tes savons terminés? Dans une optique full DIY et « écolo » j’aurais eu tendance à utiliser de la cendre plutôt que de la soude (industrie pétrochimique? toussa toussa). As-tu pensé à exploré cette voie?

    merci encore pour l’article et le blog très intéressant :)

  4. Datawolf

    Deux remarques. Nos ancêtres les gaulois fabriquaient la soude avec de la cendre (de mémoire le processus s’appelle la saponification). Et surtout ils n’utilisaient pas de savon comme corps gras !
    Tu fabriques du savon avec… du savon. Cooooool ! :-/

  5. nerick (Post author)

    Salut,
    pour le PH, il sera environ de 10, ça dépend un peu du mélange utilisé (il peut monter jusqu’à 12).
    Pour les cendres, effectivement, ça se fait, mais le procédé n’est en fait pas très différent dans le sens où on se sert en fait des cendres pour récupérer la base (dans ce cas là, de la potasse le plus souvent). Du coups, ça reste tout autant chimique, sauf que dans un cas, y’a des cendres à filtrer en plus ;)

  6. nerick (Post author)

    Oulààà soit j’ai vraiment rien compris à ton commentaire, soit t’as pas compris mon article ;)
    Effectivement, nos ancêtre utilisaient des centres pour obtenir une base (plutôt de la potasse que de la soude). Quand au nom « saponification », il désigne l’action chimique d’une base forte sur un corps gras, ce qui produit du savon et de la glycérine.
    Donc, non, je fabrique pas du savon avec du savon, mais du savon avec de l’huile ;)

  7. Datawolf

    Au temps pour moi, je me suis arrêté à ta phrase « Un corps gras. Alors là, libre cours à votre imagination. Je suis partis sur le traditionnel savon de marseille ».
    (c’était avant mon déjeuner, hypoglycémie, toussa toussa…)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>