DIY – Compteur Geiger

Ok, j’arrive un peu après Fukushima, mais pour le coups, c’est même pas ça qui m’en a donné l’idée.
En fait, à force de m’amuser avec de la haute tension, j’ai fini par me dire qu’il pourrait être utile de savoir quand étaient générés des rayons X, histoire de pas perdre dents et cheveux avant l’âge. Bon, à priori, tant que je m’amuse pas trop dans du vire, pas vraiment de risques, mais comme ça arrive, on est jamais trop prudent.

J’ai donc commandé sur la bay 2 tubes Geiger-müller en provenance d’ukraine, pour pas cher (~5€ le tube). J’ai également commandé des billes d’ouraline (Uranium Glass), qui, comme son nom anglais laisse le deviner, contient de l’uranium. Ce verre a été beaucoup utilisé pour des pièces de verre (vases, verres, etc…) en raison de sa jolie couleur verte, et de sa fluorescence lorsqu’il est soumis à une lumière UV. Ce qui m’intéresse ici, ce n’est pas son effet fluorescent, mais son dopage à l’Uranium qui le rend faiblement radioactif, et donc idéal pour tester le compteur geiger.

Le tube geiger et les billes d'ouraline

Le tube geiger et les billes d’ouraline

Le principe de fonctionnement d’un tube geiger est assez simple. On applique à ses bornes une tension élevée (~400v), qui met à la limite de la conduction le gaz contenu dans le tube. Dès qu’un rayon ionisant pénètre le tube, le gaz devient conducteur un court instant. Il ne reste plus qu’à récupérer l’impulsion générée, et à l’amplifier pour avoir un signal audible, le fameux crépitement maintenant célèbre.

Le compteur geiger assemblé

Le compteur geiger assemblé

Ici, je n’ai pas à proprement parlé de système de comptage, pour mon premier modèle, le simple crépitement du haut parleur me servira d’indicateur, le but étant de savoir si oui ou non quelque chose est généré, mais sans forcément avoir besoin de connaitre la dose reçue. D’ailleurs, pour un dosage précis, les tubes que j’ai choisi ne sont pas vraiment précis (doux euphémisme), il faudrait leur préférer des tubes à fenêtre de mica, mais ce n’est tout de suite plus le même budget. (Et accessoirement, c’est paraît il tellement fragile que le simple fait de les regarder de travers peut les casser ;) )

Schema du compteur geiger

Schema du compteur geiger (cliquez pour agrandir)

Bon, pas vraiment grand chose à en dire : On utilise le NE555 couplé à un MOSFET et une inductance pour générer la haute tension (ici environ 500v). La partie de droite constitue l’amplificateur à base du désormais bien connu LM386. La seule chose qui pourrais vous surprendre, est la connection du tube, directement (ou presque) sur le LM386. En fait, il y a deux écoles, ou l’on peut le connecter comme ceci, soit, le mettre à la terre et récupérer le signal via un condensateur. J’ai essayé les 2 méthodes, mais c’est avec celle-ci que j’obtiens les meilleurs résultats (ce qui ne veut pas dire que c’est la meilleure façon de faire). L’inconvénient de cette méthode est que le tube est à un potentiel de 500v, et peut donc provoquer des chocs électriques. (Perso, j’ai testé, je ne sent absolument rien, même pas un picotement, mais bon, par sécurité, je préviens quand même ;) )

Et pour finir, voici une petite vidéo de l’engin en fonctionnement :

Mots-clés : , , ,

Posted 15 juillet 2012 by nerick in category General

2 thoughts on “DIY – Compteur Geiger

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>